57524744

Petite, nous n'avons jamais fêté les Rameaux. Oh je voyais bien les brins de buis que  ma grand-mère glissait un peu partout, derrière les crucifix et les images pieuses ou même encore derrière.. les par-soleil de la voiture!   Le plus impressionnant était chez mon arrière grand-mère une tête de Christ en plâtre d'une taille assez colossale, couronnné d'un fil de fer épineux. Elle aussi reverdissait chaque année de buis foncé brillant lui donnant  ainsi un air sauvage de feuillu des bois.

Ces pratiques en elle-même, de l'ordre du porte bonheur sont touchantes et déjà assez païennes en elles-même... Mais le sens également, profonfément enraciné, lié à cette saison nouvelle et tant attendue.

Il n'est guère étonnant que le Printemps soit propice à nombre de célébrations  "païennes", puisque païen signifie avant tout "lié au sol, à la terre". 

Après les fêtes de la lumière pendant l'hiver, le printemps exubérant fête la renaissance de la vie.

La nature explose, réchauffée sous les rayons du soleil. Les bourgeons craquent, les arbres tapissent les sols de pétales de fleurs et les ventres féconds appellent...

  C'est le retour du printemps que l'on brandissait dans ces rameaux, ce sont les voeux de récoltes abondantes pour l'été à venir , le soleil et le ciel que l'on invoquait à travers ces feuillages toujours verts.

 la fête des rameaux qui a lieu une semaine avant Pâques est la version christianisée d'antiques fêtes païennes agraires de fertilité-fécondité qui avaient lieu autour de l'équinoxe de printemps. 

Pour les chrétiens, il est interressant de savoir que les Rameaux trouvent leur origine d'une fête agraire  juive: Les fidèles portaient des rameaux de palmier symbolisant le début de la saison chaude et imploraient Dieu de leur donner une bonne récolte. La tradition évolua et l'habitude de célébrer quelqu'un avec des palmes pris la suite.

A Athènes, "les  enfants conduisaient une procession jusqu'au temple d'Apollon pour y déposer un rameau d'olivier auquel était suspendu des pains, des gâteaux ronds, des figues et des godets de miel, d'huile et de vin".  (source)  Dans le Sud de la France ces processions se sont mêlés aux Rameaux chrétiens. Comme ici où est raconté un joli souvenir d'enfance.

 A Rome  avait lieu une semaine de jeux sacrés en l'honneur de la déesse Flore, déesse du printemps et des fleurs: Les Floralia . D'ailleurs ce nom désigne toujours la fête des rameaux chrétien en Moldavie!


 

Pour les années à venir , j'aimerais me rapproprier cette fête des "Rameaux", nom qui me plaît tellement plus que la Pâques, fête exclusivement religieuse, transmise du Judaïsme qui l'observe également.  Certains chrétiens penseront que je désacralise "leur" fête, mais je sais désormais, grâce à des commentaires et courriers reçus,  que beaucoup d'autres en seront ravis. Certains  chrétiens ne rejette en rien la part païenne du christianisme, héritée de Rome, de Gaule ou des pré-indo-européens. Certains en font même une condition sinequanone à un esprit européen dans ce qui n'aurait été sans cela qu'une religion orientale indigeste. Et avec eux, je m'entends. Mieux qu'avec des néo-païens qui pratiquent la divination dans les runes! Je crois aux fêtes communautaires pour lier un peuple. Et hier, le gros bourdon du clocher de la Cathédrale m'invitait littéralement à me mettre en liesse "en même temps". A retrouver ce qui nous uni plutôt que ce qui nous divise: une terre, un peuple.

 

 

 

Palmpaasoptocht_in_Drente_foto_F0840

 

Les écoles laïques Steiner Waldorf s'inspirent de la Hollande pour fêter les Rameaux: batons recouverts de papier crépons, recouverts de confiseries, de brioches.. et déambulent dans les prés. Ce qui me rappelle ces nuits des "Brandons": dans certaines régions les rameaux étaient incendiés et l'on passait dans les vergers. Ces "brandons" en feux, symbolisaient le soleil, source de chaleur et de fécondité. Témoignage rare de 1901 sur ces cultes  très païens tardifs ici.

Aujourd'hui il ne resteplus que l'épilogue de cette nuit: le brasier des brandons, où l'on brûle parfois une croix, parfois le bonhomme hiver. ... ici ou